Anaphrodisie : causes, symptômes et traitements d’une absence de désir sexuel

Les causes d'une absence de désir sexuel

Parfois, vous avez envie de sexe, et parfois non. C’est tout à fait normal. Chaque homme et chaque femme a sa propre définition de ce qu’est une relation et une fréquence sexuelle normale. Elle est généralement définie en fonction de nos propres expériences, mais aussi de nos besoins biologiques, qui sont uniques. Mais lorsque vous avez une très faible libido ou un faible désir sexuel et que ce manque d’intérêt pour le sexe vous pèse, il est possible que vous ayez ce que l’on appelle l’anaphrodisie, ou trouble du désir sexuel hypoactif.

L’anaphrodisie se définit comme l’absence de fantasmes et de pensées sexuelles et / ou de désir ou de réceptivité à une activité sexuelle. Sa particularité est de provoquer une forme de détresse personnelle ou des difficultés au sein du couple. C’est d’ailleurs le fait que cette situation vous gène et soit un frein dans votre relation qui est déterminante pour faire la différence entre une personne ayant une faible libido, voir étant asexuelle, et l’anaphrodisie.

Selon les estimations des chercheurs, une femme sur dix en souffrirait, et les chiffres concernant les hommes seraient relativement proches. Cependant, l’anaphrodisie reste un tabou et beaucoup de personnes rencontrent des difficultés à en parler. Dans l’article d’aujourd’hui, nous allons essayer de comprendre causes de ce trouble du désir sexuel, ainsi que les solutions qui existent.

Lire également : Comment maintenir une tension sexuelle et chauffer son partenaire

Qu’est-ce que l’anaphrodisie ?

Ce trouble du désir sexuel est une affection d’ordre psychologique qui va se caractériser par un manque de désir d’activité sexuelle pendant une période prolongée. On distingue souvent deux formes principales d’anaphrodisie : celui qui va toucher les hommes, et le trouble de l’éveil et du désir sexuel chez la femme.

Comment retrouver son désir sexuel ? Les deux font référence à un faible niveau d’intérêt sexuel qui empêche l’initiation ou la réponse à une intimité sexuelle. Cela peut inclure une absence de pensées ou de fantasmes sexuels, un plaisir réduit ou absent pendant un rapport sexuel avec son partenaire. Mais aussi un intérêt absent ou réduit pour les signaux érotiques internes ou externes. Aucune de ces conditions ne peut être diagnostiquée si le problème principal est une « divergence de désir » .

C’est à dire si le désir d’un partenaire est plus fort que l’autre. On va plutôt parler d’anaphrodisie si ce manque d’intérêt pour le sexe dure depuis au moins six mois et provoque une détresse significative chez la personne qui en souffre.

Un trouble du désir sexuel généralisé ou situationnel

L’anaphrodisie peut également être « généralisée ». C’est à dire que ce trouble du désir sexuel va se manifester par une attitude générale, peu importe le partenaire où la situation. Mais elle peut aussi être « situationnelle », ce qui veut dire que les symptômes vont se manifester face à certains types de stimulations sexuelles, situations ou profil de partenaire.

La prévalence des troubles de l’intérêt et de l’éveil sexuel est encore assez méconnue. On l’attribue généralement aux femmes, en particulier lorsqu’elles sont jeunes car les femmes plus âgées ressentiraient moins de désarroi face à un désir sexuel faible. Chez les hommes, on estime que 6 % des hommes plus jeunes (âgés de 18 à 24 ans) et 41 % des hommes âgés (de 66 à 74 ans) ont des problèmes de désir sexuel. Seulement 1,8% des hommes âgés de 16 à 44 ans connaissent toutefois des problèmes persistants d’une durée supérieure à six mois.

Lire également : Comment exciter une femme au lit : tous les conseils pour la rendre folle de désir

Quels sont les symptômes chez l’homme et la femme ?

Les symptômes de l’anaphrodisie seront différents chez l’homme et le femme. Pour ces dernières, elle va se manifester de la manière suivante :

  • une absence ou un désir/intérêt pour le sexe réduit ;
  • des pensées ou fantasmes sexuels absents ou très faibles ;
  • une initiation au sexe (généralement au moment de l’adolescence) réduite ou inexistante ;
  • une excitation sexuelle ou un plaisir sexuel absent ou réduit pendant la grande majorité des rapports sexuels ;
  • l’absence d’intérêt ou une excitation sexuelle réduite en réponse à des signaux internes (fantasmes) ou externes (tels que les tentatives d’un partenaire pour initier un rapport sexuel) ;
  • des sensations génitales ou sensuelles absentes ou réduites au cours de l’activité sexuelle ;

Pour que l’on parle d’anaphrodisie chez une femme, ou de trouble de l’excitation sexuelle, ces symptômes doivent être présents depuis au moins six mois et causer une grande détresse à la personne.

Quels sont les traitements d'une baisse de libido ?

Les symptômes du trouble du désir sexuel hypoactif chez l’homme sont les suivants:

  • Des pensées ou fantasmes sexuels réduits ou absents ;
  • un désir pour les rapports sexuels ou la masturbation absent ou très faible. Cela peut par la suite entrainer des
  • troubles de l’érection (impuissance masculine, ou difficultés à maintenir son érection) ;

De la même manière que pour les femmes, ces symptômes doivent se manifester pendant une période d’au moins 6 mois. L’anaphrodisie peut ensuite être diagnostiquée comme un problème permanent (c’est à dire présent depuis la puberté et l’apparition des premières caractéristiques sexuelles). Ou comme un problème acquis, c’est à dire ayant apparu après une période d’activité sexuele dite « normale ».

Quelles peuvent être les causes d’une absence de désir ?

Il existe de nombreuses causes potentielles, physiques et psychologiques d’une absence de désir sexuel.

Un certain nombre d’affections physiques sont ainsi associées à l’anaphrodisie, telles que :

  • le cancer du sein,
  • le diabète,
  • la dépression,
  • l’incontinence urinaire,
  • des problèmes de thyroïde
  • et la sclérose en plaques, entre autres.

Un déséquilibre des neurotransmetteurs (hormones chimiques) dans le cerveau peut également être à l’origine d’une panne de libido. En effet, les substances chimiques susceptibles de provoquer (ou d’inhiber) le désir et l’excitation sexuels peuvent être déséquilibrés.

Une baisse de la libido peut aussi être un effet secondaire de certains médicaments, notamment les traitements utilisés pour soigner la dépression, l’anxiété et l’hypertension artérielle. Mais aussi certains médicaments pour traiter la douleur.

Les problèmes relationnels (conflits au sein de votre couple, expérience sexuelle traumatique) peuvent jouer un rôle pour certains hommes et femmes. En cas de conflit ou de manque de confiance dans votre relation, il est possible que vous ayez perdu tout intérêt à avoir des relations sexuelles avec votre partenaire. Cependant, il est important de noter que l’anaphrodisie existe aussi chez les personnes célibataires.

Certaines conditions psychologiques peuvent être associées au développement d’un trouble du désir sexuel. Les plus fréquentes sont la dépression, l’anxiété et une faible estime de soi.

Lire également : Tout ce qu’il y a à savoir sur la sexualité des séniors

Traitement anaphrodisie : comment rebooster la libido ?

Les troubles du désir sexuel sont parfaitement traitables et peuvent être gérés avec ou sans médicament. Donc la première étape si vous êtes préoccupé par un manque d’intérêt pour le sexe est de parler à un professionnel de la santé pour connaître les options disponibles. Ce dernier vous posera le plus souvent une série de question, ou analyse du faible désir sexuel pour faciliter son diagnostic. Les quatre premières questions sont:

  • Dans le passé, votre niveau de désir / intérêt sexuel était-il satisfaisant pour vous ?
  • Y a-t-il eu une diminution de votre niveau de désir / intérêt sexuel?
  • Êtes-vous dérangé par votre baisse de désir / intérêt sexuel?
  • Souhaitez-vous que votre niveau de désir / intérêt sexuel augmente?

Si le patient répond «non» à l’une de ces questions, il ne sera probablement pas diagnostiqué comme étant atteint d’anaphrodisie. Mais si l’une des réponses est positive, le médecin pourra l’interroger plus profondément sur les facteurs ayant pu contribuer à une baisse de sa libido ou un désir sexuel insatisfaisant. Et notamment des problèmes de santé physique et mentale, un récent accouchement, des conflits avec son partenaire ou un niveau de stress et de fatigue élevé.

Thérapie de couple et boosteur de testostérone

Selon la cause de votre absence ou faible désir sexuel, plusieurs traitements peuvent vous être proposé par un spécialiste. Voici les plus populaires :

  • Une hygiène de vie plus saine. En mangeant plus sainement, en faisant régulièrement du sport et en respectant un cycle de sommeil vertueux, vous pourrez par exemple réduire le stress et l’anxiété qui sont à l’origine de votre anaphrodisie. Réduisez également votre consommation d’alcool ;
  • Prendre un autre traitement si celui que vous prenez actuellement affecte négativement votre libido ;
  • Prendre un boosteur de testostérone pour les hommes chez qui un déséquilibre hormonal est la cause de son faible désir.

Anaphrodisie : comment traiter ce trouble du désir sexuel ?

De manière générale, votre médecin peut également vous recommander une thérapie si le problème est psychologique. Dans de nombreux cas, une faible libido indique un désir de lien plus étroit avec votre partenaire – un lien qui n’est pas sexuel, mais reste intime. Il vous sera donc peut-être utile de parler de ces problèmes avec un thérapeute, seul ou avec votre partenaire. Si votre anaphrodisie est liée à un état dépressif, les antidépresseurs peuvent aider. Mais parlez-en avant tout chose avec votre médecin, car certains d’entre eux réduisent en réalité votre libido.

Attention également à ne pas confondre les aphrodisiaques naturels et compléments alimentaires boostant la libido (qui seront très utiles si le problème est d’ordre physique) et les stimulants sexuels comme le Cialis ou le Viagra. En effet, ces petites pilules ne sont en réalité efficaces que si vous avez un dysfonctionnement érectile, et n’agissent que lorsque vous êtes stimulé sexuellement.

Pour conclure, traiter l’anaphrodisie passe par une bonne connaissance de son corps et de ses désirs (sexuels ou non). Ainsi que par une discussion avec un médecin auquel vous pourrez vous confier sur ce que vous ressentez. N’ayez pas honte d’en discuter et soyez le plus honnête possible. Car c’est la seule façon pour lui de savoir qu’elle est la racine de votre trouble du désir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *