La vieillesse est toujours source d’angoisses. Il faut dire qu’elle marque la fin d’un cycle, comme c’est d’ailleurs précisément le cas de la ménopause pour les femmes. Pour les hommes, on a l’habitude de faire l’analogie avec ce que l’on appelle l’andropause. Parce que andros en grec signifie homme et pause, cessation. Et puis aussi certainement parce que certains symptômes de l’andropause rappellent ceux de la ménopause. Néanmoins, en toute rigueur, la comparaison entre ces deux phénomènes n’a pas beaucoup de sens.

L’andropause n’est donc pas tout à fait une ménopause masculine. Mais de quoi s’agit t-il ?

Qu’est-ce que l’andropause ?

L’andropause est un phénomène qui concerne uniquement les hommes et dont les premiers symptômes se font généralement sentir entre 40 et 50 ans. Pour la plupart des médecins, il ne s’agit pas d’une maladie à proprement parlé, mais plutôt d’une conséquence de la vieillesse. L’andropause serait donc un phénomène naturel.

Toutefois, le corps médical émet quelques réserves. En effet, 3% des hommes expérimentent des symptômes qui peuvent éventuellement être le signe d’une anomalie. Et dont la cause ne serait pas directement liée à la vieillesse. Cependant, à ce jour, cette piste n’a pas été assez explorée pour pouvoir en tirer des conclusions définitives.

Actuellement, l’andropause est donc considérée comme l’ensemble des symptômes liés à la vieillesse. Elle touche tous les hommes et dans de rares cas, elle est particulièrement intense.

A ce stade, il semblerait que ménopause et andropause soient des phénomènes similaires. En effet, ils résultent tous les deux du ralentissement des activités biologiques. Pourtant, comme nous le disions, leur ressemblance présente des limites difficiles à ignorer.

Pour commencer, une femme ménopausée devient stérile alors que l’homme est potentiellement capable de concevoir jusqu’à la fin de ses jours. Ensuite, la ménopause apparaît de manière brusque, alors que l’andropause s’installe avec le temps. Enfin, dans 3% des cas, l’andropause pourrait être le signe d’une anomalie, contrairement à la ménopause dont la manifestation est absolument normale.

Bref, l’andropause n’est pas vraiment une ménopause masculine. Bien que, comme nous allons tout de suite l’aborder, elle soit la conséquence directe de la baisse de production hormonale. Comme c’est le cas chez la femme.

Le taux de testostérone à l’origine des symptômes de l’andropause.

Pour comprendre ce qu’est l’andropause, il est intéressant de savoir ce qui la provoque. Comme une fois n’est pas coutume, la grande responsable des maux masculins n’est autre que la baisse de production de testostérone.

Andropause symptômes baisse de la testostérone

La testostérone : hormone de virilité et de vitalité.

La testostérone est une hormone stéroïdienne produite, chez l’homme, dans les testicules. On l’associe à la virilité masculine car elle intervient dès le niveau embryonnaire, pour induire la masculinisation des organes génitaux. Plus tard, à partir de 12 ans, la testostérone déclenche également le développement des caractères sexuels secondaires. C’est à dire : l’accroissement de la taille du pénis, la pilosité, le développement de la masse musculaire et l’intérêt envers la sexualité.

Mais la testostérone est un peu plus qu’une hormone de virilité. Elle participe en effet au bon fonctionnement du métabolisme et lorsque sa production est optimale, c’est à dire vers les 20 ans, l’homme est au maximum de forme. S’il mène un mode de vie relativement sain, alors il est plein d’énergie, stocke peu de graisses, sa libido semble insatiable.

Bref, la testostérone est synonyme de bien-être et votre jeunesse en est certainement témoin.

Le déclin de la production de testostérone : l’origine des symptômes de l’andropause.

On a beau dire que la jeunesse, s’est dans la tête. Il n’empêche que d’un point de vue biologique, c’est plutôt au niveau des testicules que ça se passe ! Et oui, malheureusement la production de testostérone n’est exponentielle que jusque vers les 20 ans. Elle se stabilise quelques années, avant de baisser de manière constante et inexorable à partir de 30 ans. Vu comme cela c’est un peu fataliste je vous l’accorde.

La bonne nouvelle, c’est que vous n’allez pratiquement pas vous en rendre compte. En effet les symptômes de l’andropause s’installent de manière progressive et certains hommes n’en ressentent les effets qu’à partir de 65 ans. Pensez aux femmes qui, pratiquement du jour au lendemain ne peuvent plus concevoir. Et ce, dès 45 ans pour certaines !

En effet, contrairement aux hormones féminines qui chutent drastiquement en quelques mois, la testostérone prend son temps et baisse seulement de 1% par an. Cela dépend de votre style de vie bien sûre. Si vous étiez un peu trop conscient que vos 20 ans n’allaient pas être éternels et que vous avez fait quelques excès, il se peut que votre organisme ait un peu plus de mal pour maintenir la cadence…

Quoi qu’il en soit, la majorité des hommes expérimentent les premiers symptômes de l’andropause à partir de 50 ans. Si aucun ajustement n’est fait au niveau des habitudes de vie, alors ils ne feront que s’aggraver.

Les principaux symptômes de la ménopause masculine.

Nous avons largement parlé de sa principale cause, voyons à présent ses symptômes et comment se manifeste l’andropause. Finalement, c’est peut-être ce qui vous tiens le plus en haleine.

  • La perte de cheveux. Il n’est pas rare que ce symptôme en particulier apparaissent dès 30 ans, mais il n’est pas forcément le signe d’une baisse de production de testostérone. Dans ce cas, comme pour pratiquement tous les autres, il faut prendre en compte le facteur génétique.
  • Une transpiration excessive qui n’est pas liée au poids.
  • Des insomnies, un sommeil qui n’est pas réparateur. Le sujet a beau se coucher tôt, il se réveille fatigué.
  • Comme la sensation d’être malade, mal au point et faible.
  • Un état dépressif, une nostalgie excessive, un manque d’enthousiasme.
  • Une prise de poids à priori non justifiée car elle a lieue alors que les habitudes de vies sont inchangées.
  • Une baisse de la libido et éventuellement des problèmes d’érection, bander mou.

En lisant les symptômes de l’andropause vous avez peut-être pensé « ben oui, tu vieillis quoi« . Et c’est exactement ce qu’il se passe ! Il n’y a donc pas de quoi s’alarmer. Vous pouvez décider de prendre le taureau par les cornes et d’adapter vos habitudes de vies pour que cette étape se passe dans les meilleures conditions. Ou pas. Mais dans ce cas attendez-vous à ce que certains symptômes s’accentuent et à ce que d’autres apparaissent.

Andropause symptômes et causes

Le diagnostique de l’andropause.

Comme nous le disions, les symptômes de l’andropause ne sont que le résultat de la vieillesse. Il est donc difficile de poser un diagnostic, vu que ce phénomène dépend de plusieurs facteurs comme le rythme de vie, les habitudes alimentaires ou la consommation de drogues, tabac et alcool.

Cependant pour 3% des hommes, ces symptômes sont beaucoup plus intenses que la moyenne et n’ont rien à voir avec le temps qui passe. Selon eux, il devient difficile de mener une vie normale. Les médecins ont donc mit en place un questionnaire, dont le but est de déterminer si les symptômes sont liés ou pas à la vieillesse.

Si nécessaire, on pourra également effectuer la mesure du taux de testostérone. S’il s’avère que celui-ci est largement inférieur à la normal, alors on pourra envisager un traitement hormonal. Dans certains cas, le médecin prescrira un inhibiteur de la phosphodiestérase type 5, c’est à dire un remède dont les effets sont comparables à ceux du Viagra. Mais ce type de traitement est rarement conseillé de part ses nombreux effets secondaires.

Quoi qu’il en soit, le patient devra revoir complètement son style de vie. Faire du sport, manger sainement, ne pas fumer, ne pas boire et encore moins prendre des drogues. La production de testostérone est en effet intrinsèquement liée à la qualité de vie de la personne.

Les solutions pour amoindrir les symptômes de l’andropause.

Il faut savoir que l’andropause est un phénomène dont les symptômes ne disparaîtront jamais complètement. Etant donné qu’il n’existe, à ce jour, encore aucun médicament contre le vieillissement… Toutefois, il existe plusieurs manières pour endiguer les signes d’un faible taux de testostérone.

Vous pouvez par exemple faire une cure de Magnésium. En effet, la carence de ce minéral se caractérise par la perte des cheveux, l’insomnie ainsi que le manque d’entrain et d’énergie. Ce qui n’est pas sans rappeler les symptômes de l’andropause ! Il existe de nombreux compléments adaptés, mais vous pouvez aussi tout simplement favoriser la consommation de certains aliments riches en Magnésium comme les céréales, les fruits oléagineux et le chocolat. Ce dernier étant également un excellent aphrodisiaque, voilà une cure qui devrait vous remonter le moral si vous étiez d’humeur morose …

D’ailleurs, en parlant d’aphrodisiaque, sachez que dame Nature recèle de fruits et de légumes qui peuvent vous aider à booster votre libido et même à amoindrir vos éventuels dysfonctionnements érectiles. C’est par exemple le cas de la pastèque, dont la citrulline favorise la dilatation des vaisseaux sanguins et promet de très belles érections. Ou bien du gingembre, racine épicée au pouvoir érotique connu depuis la nuit des temps.

Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas que le sexe est un excellent élixir de jeunesse. Selon une étude écossaise, les personnes qui ont au moins 3 rapports sexuels par semaine paraissent jusqu’à 10 ans de moins ! Par ailleurs, les rapports intimes sont également le meilleur remède aux dysfonctionnements érectiles.

Andropause solutions

Alors, avant de vous inquiéter à propos des symptômes de l’andropause, n’oubliez pas de passer du bon temps avec madame sous la couette !

Andropause : symptômes de la ménopause masculine, diagnostic et traitements possibles.